Vermeulen & compagnie

Faut pas m’en vouloir, j’étais parti à Paris, j’ai pas pu, sans blaguer, bloguer.

Je suis allé accueillir les Bleus au Bourget. Je leur ai parlé. Je les ai remerciés. Enfin tranquilles! je leur ai dit. Ils m’ont écouté. Et ils ont pleuré. Sauf celui qu’avait pas retiré son casque de baladeur. Il écoutait le « Discours de la méthode » de Descartes, lu par Jacques Bonnaffé, un triple album Frémeaux & Associés, 29,99€. Pour un match joué, tu peux acheter six mille huit cent soixante coffrets. Je lui pardonne.

À côté de moi des gens brandissaient des panneaux avec des représentations de chèvres, et glapissaient des slogans peu amènes. Des aigris rancuniers.

Pouf, pouf. Comme disait notre grand Pierre à tous.

Je suis allé à Paris pour faire des portraits en format carré du chanteur Vermeulen. J’en reviens avec une pellicule exposée et son album « Petit Pépé », à vous procurer de toute urgence (l’album). Arrangements magnifiques pour petit orchestre à cordes et tuba et clarinette et accordéon et piano. Quand en plus le clarinettiste sur un titre joue de la scie musicale, ça te vous réconcilie avec l’humanité tout entière, et c’est pas rien… La voix tendre du Vermeulen aussi, tiens.

Un portrait de la séance précédente : Vermeulen à Paris en 2007.

Et je suis allé à Paris pour faire des portraits en format carré du jeune écrivain Thomas Seron. Vous connaissez?…

Bientôt quelques échantillons de ces deux séances…

PS Est-ce que sur un blog on a le droit de faire rire avec les mots des autres? Bon, je pars du principe que oui et vous recopie texto un descriptif d’expo photo visible dans la région prochainement : « des Polaroïds amateurs récupérés aux rebuts, scannés en haute définition, agrandis x 100 et retouchés ».

Personnellement, j’adore ce type d’humour! C’est du Bertrand Blier!

© Loïc Seron – 27 juin 2010

Cet article a été publié dans Divers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Vermeulen & compagnie

  1. Florence Adam dit :

    Eblouie par la photo de Berbard Hérout au piano :
    Envol de doigts sauvages épris de lune et d’étoiles filantes
    Que le coeur et la raison ne sauraient apprivoiser
    Flot musical au parfum de précipices et d’azur
    Elans de liberté et d’insoumission
    Tout cela pressenti gràce à la magie d’une photo…
    Quant à toi, à l’univers en offrande,
    Tu , vous, nous avez fait voyager et nous consummer au brûlot des émotions partagées dans ce huis clos appelé « Les Maraîchers »
    Car l’Art est comme un incendie : il naît de ce qu’il brûle…
    Tes notes ont habillé mon âme ce vendredi soir…
    Alors juste un petit message, si dérisoire soit-il pour te dire ‘merci’ et ‘continue’.
    Florence Adam, amie et ancienne prof d’anglais de J-B Gaudray

  2. Ping : Joies de la photo carrée : Stéfan / Vermeulen / Seron / Hérout | Loïc Seron – photographe – blog

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s