Je reviendrai à… Toronto!

Au Canada, mon Montréal à moi, c’est Toronto… Cela dit sans malice aucune pour la si chouette ville de Montréal, et ses habitants si attachants (d’ailleurs saviez-vous que le texte du « Je reviendrai à Montréal » de Charlebois a été écrit… par un Français?). Mais pour paraphraser Stan Getz paraphrasant Tony Bennett un soir d’état de grâce à Copenhague, « I left my heart in Toronto ».

J’ai passé à Toronto quelques unes de mes jeunes années, insouciantes, importantes, légères, fortes, naïves, pleines de vie. J’y ai découvert, entre autres, le jazz en live, dans les nombreux clubs de la ville — tous disparus aujourd’hui sauf deux... Inoubliables premiers chocs, à quelques jours d’intervalle, avec le trio de Ray Brown, puis le quintet de Moe Koffman (avec le bouleversant Ed Bickert à la guitare). J’y ai fait mes premières armes en photo noir et blanc, sur un Leica acheté d’occasion avec un de mes premiers paychecks. Et j’y suis retourné souvent, avec un plaisir intact à chaque fois.

Cette deuxième quinzaine d’octobre, j’ai de nouveau arpenté dans tous les sens, à vélo, à pied, les quartiers et les rues de cette grande ville à échelle humaine, aux noms si familiers. Et cette familiarité me semblait normale et surprenante à la fois : j’étais en voyage loin de chez moi, et me sentais, comme nulle part ailleurs, totalement à la maison. Les repères revenaient naturellement. Je savais, sans jamais hésiter, comment me rendre, par le chemin le plus court, ou le plus pittoresque, ou le plus chargé de souvenirs, de tel point à tel autre. Et les rues Davenport, Dufferin, Bloor, Spadina, Church, Jarvis, Yonge, Henry, Baldwin, Huron, Kensington, Dundas, Bathurst, Dovercourt, Adelaide, King, Queen, Harbord, Wellesley et compagnie me tombaient sous les roues, ou sous les pieds, avec une aisance des plus agréables. Et un bonheur intense.

Ces quelques photos datent de mon précédent séjour à Toronto, en 2008. C’est du numérique passé en noir et blanc, oui, bouh, mais c’est juste en attendant le développement des nombreuses pellicules exposées cette fois-ci (toujours avec le même Leica!). Une attente un peu anxieuse, parce que je n’ai jamais réussi à correctement photographier cette ville, bizarrement. J’ai souvent essayé, n’ai jamais été content du résultat… Peut-être que, contrairement à Paris ou New York, qui ont un caractère propre et évident, qui s’impose au visiteur photographe et ne fait aucune espèce de mystère, Toronto est plus délicate à cerner, à saisir. Un peu comme cette identité canadienne qu’il est, finalement, assez difficile de définir : elle existe, elle est souvent palpable, on la reconnaît à certains détails, mais il est difficile d’en tracer les contours exacts. Mais si, de loin, Toronto paraît être une ville nord-américaine banale, je vous assure que de près, c’est tout autre chose.

Cette fois-ci, j’ai donc essayé de faire autrement. De me rapprocher des gens. D’aller dans la foule. D’attraper au vol des ambiances. Sans perdre de vue, bien sûr, l’aspect graphique des choses vues. On verra ça la semaine prochaine… et je déposerai ici quelques échantillons un peu plus tard, le temps de scanner, de trier, de faire des choix.

En attendant, je vous le dis : il y a à Toronto des amis formidables. Des musiciens, des créateurs, des libre-penseurs… des du-coin anglophones, des d’un-peu-plus-loin francophones, des Français, des Italiens, des Argentins, des Polonais… des gens qui vivent aussi bien que possible, comme vous et moi. Mais là-bas. Ils me manquent déjà.

© Loïc Seron – 02 novembre 2011 – www.loicseron.com

Publicités
Cet article a été publié dans Sur la photographie, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Je reviendrai à… Toronto!

  1. Jean dit :

    Bon revoilà le bon Loïc qui voyage.
    Alors c’est pour quand ce petit séjour au Havre pour y capturer cette lumière inoubliable.
    Bon pour ce qui est des photos numérique traitées en noir&blanc cela peu donner d’excellents résultats.
    A bientôt
    Jean

  2. Catherine dit :

    Merci pour cette petite balade que nous pouvons partager, ou imaginer..et de tes mots qui panssent notre coeur.

  3. de dieuleveult bruno dit :

    Pas de commentaire lumineux sur ces images familières et lointaines, juste l’envie de faire un signe au photographe, ou au musicien, ou à l’écrivain, comme en passant sur un de « ses » boulevards ou de « ses » champs d’oliviers sans être plus que cela étonné de le trouver là.

  4. Adam Florence dit :

    All of this is oozing with the evidence that Home isn’t necessarily where you expect it to be. I know the feeling you describe. Because I felt the same treading the paths of the past in Minnesota not too long ago. Maybe it’s the Land, maybe it’s the people, Anyway, even the simple act of breathing pumps in Serenity and Bliss… I liked your article and am eager to share the pics. xxx

  5. Mariana dit :

    Ah ça me rappelle un très bon séjour à Toronto, il y a longtemps maintenant… merci de nous faire partager ces belles images de Toronto!
    A bientôt et bon vent à toi

  6. Benedetta Marassi dit :

    It was so beautiful to see you Loic and seeing Toronto through your eyes uncovers an unknown city , sometimes we are blind to what is immediately in front of us. You seem to have found soul in a soulless city. Incredible and great photos want to see more.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s